A PROPOS DU CODE

Les lieux saints devront être préservés pour les générations présentes et à venir, avec dignité, intégrité et respect pour leur nom et leur identité. – le Code universel, Article 2

Les lieux saints ont une signification spirituelle et culturelle essentielle pour des milliards de personnes à travers le monde. Pourtant, l’histoire ne cesse de démontrer avec quelle facilité ils se retrouvent mêlés à des conflits politiques, territoriaux et religieux inextricables, dont ils deviennent eux-mêmes les pions. Les atteintes portées à des lieux saints ont des répercussions sur le cœur des identités individuelles, renforcent les traumatismes collectifs des différentes communautés et ajoutent aux conflits une profonde dimension symbolique. Les attaques contre des lieux de culte alimentent aussi fréquemment les escalades de violence.

 

En raison de tout cela, dans l’esprit de nombreux individus, trop souvent, la religion devient synonyme de violence et perd sa capacité à être un moteur de paix, de justice et de réconciliation. Le Code universel sur les lieux saints est une nouvelle stratégie d’avant-garde destinée à atténuer les conflits interreligieux et à bâtir la paix à travers le monde.

 

 

Création du Code universel sur les lieux saints

 

En 2009, l’Oslo Center for Peace and Human Rights, One World in Dialogue, Religions pour la paix et Search for Common Ground ont déployé les premiers efforts destinés à mettre au point un Code universel sur les lieux saints (le Code universel). En juillet 2009, des responsables religieux des communautés juives, chrétiennes et musulmanes d’Europe et du Moyen-Orient se sont rassemblés aux côtés d’hommes politiques et de responsables de la société civile, à Trondheim, en Norvège, pour discuter de la question de la protection des lieux saints contre la violence et les abus. En 2011, à l’issue d’un processus d’élaboration de trois ans, le Code universel a été officiellement lancé. Depuis lors, il a été approuvé par des milliers de responsables religieux et de réseaux interreligieux. L’objectif du Code universel à long terme est de permettre une meilleure protection des lieux saints grâce à la coopération entre les responsables des différentes communautés religieuses et les autorités étatiques compétentes. À cette fin, des efforts sont en cours pour élaborer une résolution susceptible d’être adoptée par l’Assemblée Générale des Nations Unies sur la base du Code universel. (Veuillez cliquer ici pour en savoir plus)

 

 

Vision et objectif du Code universel

 

Partageant la vision d’un monde où les lieux saints sont universellement reconnus comme sacrés pour leurs religions ou traditions religieuses respectives et où l’attachement des personnes et des communautés à leurs lieux saints est respecté par tous, quelle que soit leur croyance - Le Code Universel, Préambule

 

La vision directrice du Code universel est celle d’un monde dans lequel les fidèles de toutes religions peuvent pratiquer leur foi dans leurs lieux saints, librement et sans crainte. Dans le cadre de cette vision, il incombe aux responsables religieux de coopérer au-delà des frontières religieuses, non seulement pour le bien de leurs propres communautés, mais aussi pour servir au mieux les intérêts des peuples, partout dans le monde.

Le Code universel prévoit un code de conduite pratique et des lignes directrices au sujet des lieux saints partout dans le monde. Il a pour principaux objectifs la préservation des lieux saints pour les générations présentes et à venir, la sécurité des croyants et la promotion de la coopération interreligieuse. Les lieux saints comprennent, entre autres, les lieux de culte, les cimetières et les lieux de pèlerinage et incluent leurs environs immédiats lorsque ceux-ci font partie intégrante du site.

 

 

Le Code universel aspire

  • au respect mutuel, de la part des responsables religieux, de la signification spirituelle et culturelle des lieux saints de chaque communauté de foi ;

  • à l’amélioration des actions interreligieuses collaboratives sur les questions relatives aux lieux saints ;

  • et soutient l’adoption par l’Assemblée Générale des Nations Unies d’une résolution reflétant l’esprit dans lequel il a été élaboré.

 

Le Code universel fournit des bases solides pour l’amélioration des relations entre les différents groupes ethniques et religieux. Il peut donc être utilisé en tant qu’outil de réconciliation et de prévention des conflits.


Nous croyons que les projets de terrain constituent un cadre privilégié pour tester la viabilité du Code universel. Ils peuvent être basés sur tout ou partie du Code et adaptés, en fonction des besoins, aux contextes locaux. Dans de nombreuses régions du monde, nous avons déjà obtenu des changements positifs visibles grâce à des initiatives basées sur le Code universel. Ces succès sont susceptibles de servir d’exemples et de modèles pour d’autres projets de coopération. (Veuillez cliquer ici pour en savoir plus)

 

Le Code universel, d’abord rédigé en anglais, a été traduit en 14 langues (allemand, anglais, arabe, bosniaque, croate,espagnol, français, hébreu, italien, japonais, russe, serbe, turc et urdu).

 

 

Un Code universel largement approuvé

 

Le Code universel a été approuvé par des réseaux interreligieux et par des communautés et responsables religieux du monde entier. Parmi eux :

 

  1. Comité exécutif et Conseil mondial de Religions pour la paix

  2. Conseil mondial des responsables religieux (World Council of Religious Leaders)

  3. Dr. Khwaja Iftikhar Ahmed, président de l’Interfaith Harmony Foundation of India

  4. Eglise orthodoxe russe, Patriarcat de Moscou

  5. Imam Maulana Wahiduddin Khan, fondateur du Al Risala Islamic Centre

  6. Imam Umer Ahmed Ilyasi, président d’All India Organization of Imams of Mosques

  7. La Conférence des évêques de l’Eglise de Norvège

  8. La Fédération luthérienne mondiale

  9. La Trondheim Conference on Holy Sites 2009

  10. Le Conseil des institutions religieuses de Terre Sainte

  11. Le Conseil des responsables religieux d’Israël (Council of Religious Leaders in Israel)

  12. Le Conseil musulman de Grande-Bretagne

  13. Le Conseil œcuménique des Eglises (WCC)

  14. Le Council for Religious and Life Stance Communities in Norway

  15. Le Dialogue interreligieux monastique

  16. Le Forum hindou d’Europe

  17. L’Elijah Interfaith Institute

  18. Pujya Swami Chidanand Saraswati, président du Parmarth Niketan Ashram, Rishikesh

  19. Religions pour la paix – Comité exécutif du Conseil africain des responsables religieux

  20. Religions pour la paix – Conseil européen des responsables religieux

  21. Réseau européen des femmes de foi

  22. Sri Sri Ravi Shankar, fondateur et guide spirituel, Art of Living Foundation

  23. Swami Madhavpriyadas, président, SGVP et membre du Hindu Dharma Acharya Sabha

  24. World Sikh Leadership

Autres ressources